AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 It was always you (pv Lindsay)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R. Vitaly James-O'Neil

avatar

√ Quartier d'habitation : Greenwich Village (Manhattan)
✗Passion première : Ma fille.
√ Date d'inscription : 07/10/2014
✗Dollars : 211
√ Messages : 69

MessageSujet: It was always you (pv Lindsay)   Dim 8 Fév - 10:54

Lindsay & Vitaly : It was always you.

L'accident de Lindsay était arrivé quelques petites semaines plus tôt. Elle était maintenant sortie, et je le savais parce que j'étais là. Même si je n'avais fais que passer. Je savais qu'il était préférable que nous nous évitions autant que possible tous les deux. Pour le bien de tout le monde. Sauf pour le notre ... Puisque, être séparés ainsi, ça ne pouvait clairement pas nous faire le moindre bien. Tout au contraire, ça nous détruisait certainement autant l'un que l'autre. J'avais toujours autant de mal à supporter l'idée que notre relation était terminée pour de bon. Parce que même si le temps était passé, j'étais toujours autant amoureux d'elle. Et j'étais certain que ça n'allait pas changer de sitôt. Cela m'arrangerait pourtant pas mal. Mais non, il ne fallait pas trop en demander. Les sentiments n'étaient pas sur commande. Et ça faisait donc des mois maintenant, que je souffrais en silence. C'était surtout pour elle que j'acceptais de garder mes distances. Parce qu'elle voulait sans doute cesser là les dégâts vis à vis de sa famille qui ne pourrait évidemment jamais accepter notre relation. Evidemment à cause de la façon dont tout ça s'était passé. J'étais quand même supposé être l'époux de leur fille aînée, au départ ...

Enfin ce qui était arrivé, était arrivé. Point. Nous ne pouvions pas revenir là dessus. Juste tenter d'avancer avec ça sur la conscience. Et en se disant que nous ne pourrions jamais plus être ensemble. Quand bien même c'était foutrement douloureux, pour sûr. Mais même si nous n'étions plus ensemble tous les deux, je ne pouvais quand même pas m'empêcher de m'en faire pour elle. Ca me semblait quand même assez logique en soit vu les sentiments que j'avais pour elle. J'avais donc décidé de faire un saut chez elle en sortant de mon entreprise. Je me doutais qu'elle ne devait pas avoir encore remit les pieds à la fac. Sans doute pouvait-elle compter sur quelques amis pour lui faire parvenir les cours. Du moins, je l'espérais pour elle. En chemin, je n'avais pu m'empêcher de m'arrêter pour lui faire quelques courses. Elle allait certainement m'en vouloir un peu pour ça. Mais tant pis, je prenais le risque. Je voulais m'assurer qu'elle ne manquait de rien vu qu'elle ne devait pas non plus avoir reprit le boulot et que financièrement, ça tiraillait déjà assez avant que tout ça ne lui arrive. Je me présentai finalement à sa porte, en fin d'après-midi.

realised by morphine.

_________________

This is a fight to the death, our holy war, a new romance, a trojan whore. This is a fight to the day night, black white, a victory dance, a burning riot. We will we will we will rise again. I am the I am the best. She claimed and more a battle scarred conquistador. This is a fight for our love. Lust hate desire. We are the children of the great empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay J. Livingston

avatar

√ Quartier d'habitation : Co-Op City
√ Date d'inscription : 09/10/2014
✗Dollars : 145
√ Messages : 85

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Dim 8 Fév - 15:22




Vitaly & Lindsay
It was always you...
Après avoir été blessée, j’étais restée une semaine à l’hôpital. A vrai dire, j’aurais pu partir plus tôt… Mais seulement à condition de ne pas rester seule. Et c’était là que ça coinçait. Soit, je retournais temporairement chez mes parents, ce qui ne m’enchantait pas vraiment. Soit, j’allais vivre chez Vitaly quelques temps. Et ça… C’était très tentant. Mais aussi complètement inconscient. C’était se jeter dans la gueule du loup. Ainsi, j’avais préféré l’hôpital à ces deux solutions. Et, depuis que j’étais sortie, j’avais regagné mon petit appartement à Co-Op City. Cela faisait quelques petites semaines et j’avais donc pu bien me rétablir. En revanche, je n’étais toujours pas retournée à la fac… Le simple fait de marcher était encore douloureux. Et je craignais de ne pas supporter le rythme d’une journée de cours… Puis, le fait de me retrouver entourée par autant de monde m’inquiétait. Un mouvement un peu brusque – même involontaire – à mon égard pouvait aggraver ma douleur. Clairement, tant que je n’étais pas totalement rétablie, il était préférable que je reste tranquillement chez moi. Heureusement, j’avais quelques amis sur lesquels je pouvais compter pour me faire passer les cours et m’éviter ainsi d’avoir trop de retard. Sans oublier qu’ils passaient régulièrement prendre de mes nouvelles et m’aider pour les courses ou le ménage. Même si, avec le temps, j’arrivais de plus en plus en m’en occuper par moi-même, je restais vigilante. Certes gestes m’étaient encore impossibles ou douloureux. Je passais donc mes journées seule dans mon petit appartement. Avec tout de même des visites régulières de la part des mes amis ou de ma famille. Et lorsqu’il n’y avait personne, je tentais autant que possible de trouver quelque chose à faire. Au moins pour m’occuper l’esprit… Avoir revu Vitaly, lors de l’accident, m’avait rappelé à quel point je l’aimais et ô combien il me manquait. Depuis, je n’avais de cesse de repenser à lui. Pourtant, depuis que ma sœur nous avait surpris ensemble, j’avais réussi à l’oublier un peu… Juste un tout petit peu. Nous revoir, même sagement, venait de tout foutre en l’air. Et puisque, dès que je ne faisais rien, je commençais à repenser à tout ça, j’essayais de ne jamais rester sans rien faire.

Ainsi, ce jour là, j’avais passé toute l’après midi à bosser sur les cours que m’avaient envoyé mes amis. Ce n’était vraiment pas si simple en faisant seulement avec les notes prises par les autres, sans avoir pu être présente. J’avais un peu de mal à tout comprendre. Mais soit, il fallait faire avec. Entre les cours pris par mes amis et les cours disponibles sur Internet, je ne m’en sortais pas trop mal. Enfin, il me semblait… Mon attention abandonna tout ceci dès lors que des coups furent frappés à ma porte. Tiens, je n’attendais personne… Par prudence, avant d’ouvrir, je jette un coup d’œil à travers le judas. Avec tous ces tarés qui vivaient dans le coin – j’en savais quelque chose – c’était préférable de ne pas ouvrir au premier venu. En découvrant qui attendait derrière ma porte, je me figeai. Vitaly. Mon cœur s’emballa. Merde ! Je n’avais pas prévu de voir qui que ce soit aujourd’hui… Je n’étais donc vêtue que d’un simple t-shirt un peu trop large et d’un jogging. Rien de très sexy… Et pas maquillée non plus. C’était con, mais je n’aimais pas qu’on me voit ainsi. Surtout lui. Réalisant tout d’un coup que cette pensée était ridicule, je fermai les yeux et secouais brièvement la tête. C’est fini, on n’est plus ensemble. Pas besoin de chercher à lui plaire. Je pris ensuite une grande inspiration avant d’ouvrir finalement la porte. « Salut… Tout va bien ? Qu’est-ce qui t’amène ? » demandais-je presque aussitôt, surprise par sa présence. Et pour la raison de sa venue, je supposais bien qu’il venait prendre de mes nouvelles… Baissant le regard sur les sacs de courses qu’il avait amené, j’en déduisis que c’était effectivement ça. Je réalisais soudainement que nous n’allions sans doute pas discuter sur le pas de la porte. « Ahem… Entre, je t’en prie ! Excuse-moi, je ne m’attendais pas à te voir… » soulignais-je en me reculant légèrement pour le laisser passer avant de refermer la porte derrière lui.


BY .SOULMATES


_________________


~ Love me like you do ~
You're the light, you're the night, You're the color of my blood, You're the cure, you're the pain, You're the only thing I wanna touch...Never knew that it could mean so much, so much...You're the fear, I don't care, 'Cause I've never been so high... ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Vitaly James-O'Neil

avatar

√ Quartier d'habitation : Greenwich Village (Manhattan)
✗Passion première : Ma fille.
√ Date d'inscription : 07/10/2014
✗Dollars : 211
√ Messages : 69

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Dim 8 Fév - 21:44

Lindsay & Vitaly : It was always you.

Je ne savais vraiment pas comment j'allais bien pouvoir être reçu par Lindsay elle même. On ne pouvait pourtant pas dire qu'on était en mauvais termes tous les deux. Mais quand même. Notre relation n'était plus du tout ce qu'elle avait été. A vrai dire, on tâchait de s'éviter autant que possible tous les deux, dans l'espoir de rendre les choses un peu moins difficiles et douloureuses. Mais ce n'était pas si simple que ça. Ca ne l'était pas du tout même. Ce n'était pas parce que je ne la voyais plus du tout, que je ne pensais plus à elle. Tout au contraire ! Juste, j'arrivais à penser un peu moins à elle. Ce qui, en soit, était déjà une très grande victoire malgré tout ! Et j'étais certain que ça irait de mieux en mieux au fil du temps. Si je me forçais un peu. J'avais intérêt à me forcer en fait. Parce qu'entre nous, c'était bel et bien terminé. Et la raison de ma visite n'avait rien à voir avec les sentiments que j'éprouvais pour elle. Enfin soit, sans doute que dans le fond y'avait un peu de ça quand même. Parce que sans ça, je ne m'en ferais certainement pas à ce point pour elle. Et je ne lui aurais pas apporté quelques petits trucs, comme prétexte pour juste prendre de ses nouvelles en réalité. Je voulais m'assurer qu'elle se remettait bien de sa blessure, qu'elle n'était pas toute seule et qu'elle ne manquait de rien, aussi et surtout.

Pour ça, je pris quand même la route alors que les rues de la ville était blanches de neige. Mais je ne m'en inquiétais pas plus que ça. j'aurais peut-être du. Mais le mieux aurait encore été d'y réfléchir avant de me faire ce fameux détour par une grande surface, pour lui amener tout ça. « Salut… Tout va bien ? Qu’est-ce qui t’amène ? » Evidemment qu'elle était surprise. Le contraire aurait été bizarre. J'aurais quand même du la prévenir peut-être. Si moi je m'en fichais pas mal qu'elle soit vêtue d'un jogging et d'un tee-shirt ample, peut-être que ça la gênait de m'ouvrir ainsi, elle. « Euh oui ça va. Je passais pour savoir comment, toi, ça allait. » Je fronçai un peu les sourcils. Ca me semblait évident à moi quand même. Peut-être pas à elle, soit. C'était si étrange que ça de me voir m'en faire pour elle ? « Ahem… Entre, je t’en prie ! Excuse-moi, je ne m’attendais pas à te voir… » Je hochai positivement la tête et entrai dans son petit appartement. « J'ai pensé que tu devais pas trop pouvoir sortir alors je t'ai apporté quelques trucs. » Précisai-je en lui désignant les sacs. Vu la taille de son appartement -studio en réalité- je n'eus aucun mal à trouver la cuisine où je posai les sacs. je n'allai quand même pas jusqu'à les vider pour lui ranger tout ça. Je n'étais pas chez moi. A vrai dire, je ne me sentais pas trop à ma place ici. C'était ... Trop petit ... Trop étudiant même. Dans le fond, c'était dans le quartier tout entier, que je ne me sentais pas franchement à ma place.

realised by morphine.

_________________

This is a fight to the death, our holy war, a new romance, a trojan whore. This is a fight to the day night, black white, a victory dance, a burning riot. We will we will we will rise again. I am the I am the best. She claimed and more a battle scarred conquistador. This is a fight for our love. Lust hate desire. We are the children of the great empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay J. Livingston

avatar

√ Quartier d'habitation : Co-Op City
√ Date d'inscription : 09/10/2014
✗Dollars : 145
√ Messages : 85

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Lun 9 Fév - 13:56




Vitaly & Lindsay
It was always you...
Puisque nous tachions de nous éviter, appeler Vitaly lorsque j’avais été blessé n’était peut-être pas une très bonne idée… Mais j’avais eu peur et, dans ce moment de détresse, l’une des premières personnes auxquelles j’avais pensé était Vitaly. Preuve que ce que je ressentais pour lui ne s’était pas dissout. A vrai dire, c’était toujours autant présent. Sauf que le fait de ne plus voir Vitaly me donnait l’impression que cela s’atténuait. Mais très légèrement… Parce qu’il suffisait que l’on prononce son nom ou que je le revois, pour que mon cœur se serre brusquement. Exactement comme lorsque je l’aperçus devant ma porte. Qu’est-ce qu’il venait faire ici ? Bon, d’accord, la raison semblait évidente… Et ça ne me surprenait généralement pas. Sauf venant de lui. Je pensais qu’il reprendrait ses distances. J’aurais peut-être même préféré… Clairement, nous retrouver, ne serait-ce que quelques minutes seul à seule dans mon petit studio, n’allait pas aider. Mais soit. Il était là et je ne pouvais le laisser dehors, ni lui demander de partir. Je savais que sa venue partait d’un bon sentiment. Et je ne pouvais pas le cacher, le voir me faisait aussi bien plaisir… Cela était juste un peu dangereux. Comme à chaque fois que nous nous retrouvions ensemble…. Enfin, nous n’étions pas des animaux non plus et devrions pouvoir passer quelques minutes ensemble sans que cela ne vire au drame. Ou, dans notre cas, à des retrouvailles torrides.

Sans plus tarder, je lui ouvrais donc et prenais de ses nouvelles, légèrement surprise de le voir ici. Peut-être venait il parce lui aussi avait des soucis… Après tout, il l’avait déjà fait. « Euh oui ça va. Je passais pour savoir comment, toi, ça allait. » Bon, effectivement, il s’inquiétait pour moi. C’était touchant, je ne pouvais pas le nier. Mais passer me voir, malgré notre passé… Etait-ce vraiment judicieux ? J’en doutais. Mais les choses étaient ainsi… « Ca va… Merci d’être venu pour prendre de mes nouvelles. » déclarais-je avec un mince sourire avant de le laisser entrer chez moi. J’avais un peu honte de le recevoir ici… C’était un petit studio d’étudiant. Rien de bien glorieux. « J'ai pensé que tu devais pas trop pouvoir sortir alors je t'ai apporté quelques trucs. » C’était bien ce qu’il m’avait semblé. Devant une telle attention, je ne pu retenir un vague sourire. Il était toujours aussi adorable… « C’est vraiment très gentil, merci… Mais tu n’aurais pas du te donner tout ce mal. J’arrive plutôt bien à me débrouiller. Et j’ai quelques amis qui viennent régulièrement m’aider… » Donc, je n’ai pas besoin de toi. Enfin, si… Mais j’essayais encore de me convaincre du contraire. Et de le dissuader, par la même occasion, de revenir me voir. Ca valait mieux. « Tu veux boire quelque chose ? » proposais-je finalement, songeant qu’il avait aussi prit des risques en venant. La neige commençait à bien s’abattre sur la ville et, d’après la météo, s’était censé empirer. Ils annonçaient même une sorte de tempête… Bref, sortir avec ce temps n’était pas prudent et je ne pouvais qu’être reconnaissante envers Vitaly d’avoir bravé toute cette neige pour s’assurer que j’allais bien et ne manquais de rien…


BY .SOULMATES


_________________


~ Love me like you do ~
You're the light, you're the night, You're the color of my blood, You're the cure, you're the pain, You're the only thing I wanna touch...Never knew that it could mean so much, so much...You're the fear, I don't care, 'Cause I've never been so high... ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Vitaly James-O'Neil

avatar

√ Quartier d'habitation : Greenwich Village (Manhattan)
✗Passion première : Ma fille.
√ Date d'inscription : 07/10/2014
✗Dollars : 211
√ Messages : 69

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Mar 10 Fév - 21:55

Lindsay & Vitaly : It was always you.

Au regard que Lindsay posa tout de suite sur moi quand elle m'ouvrit la porte, je ne me sentis pas du tout comme le bienvenue. Ce qui me mit tout de suite très mal à l'aise. Pourtant, je fis en sorte de ne pas trop le lui montrer. Je comprenais ses raisons en même temps, je ne pouvais pas dire le contraire. Mais le fait est que je n'étais vraiment pas du tout habitué à la voir réagir de la sorte en me voyant. J'avais presque envie de fuir. Presque seulement. Parce qu'une part plus importante de ma petite personne, était quand même heureuse de la voir. Et d'avoir l'impression qu'elle n'allait pas trop mal. Du coup, je préférais laisser cette petite voix là dans ma tête. Celle qui ne pensait qu'à se réjouir de la voir aussi bien. Soit, elle n'était pas non plus resplendissante de bonheur et tout ça. Mais elle avait perdu son teint pâle. Ce qui la rendait bien moins inquiétante. Elle était en train de remonter la pente. Ca faisait forcément très plaisir à voir. Bon, du coup elle n'avait peut-être pas trop besoin de mon aide. Mais tant pis. Maintenant que j'étais là, autant vraiment prendre de ses nouvelles et lui filer les quelques courses que j'avais acheté pour elle en route. « Ca va… Merci d’être venu pour prendre de mes nouvelles. » A moi ça me semblait terriblement normal. Et à elle ... Tellement pas. Est-ce qu'elle m'en voulait d'être venu ? J'avais l'impression que oui.

Je me rendis quand même du côté de sa cuisine pour lui poser les courses en lui en faisant brièvement mention. Je n'attendais pas de merci de sa part. Ca m'avait juste semblé normal. « C’est vraiment très gentil, merci… Mais tu n’aurais pas du te donner tout ce mal. J’arrive plutôt bien à me débrouiller. Et j’ai quelques amis qui viennent régulièrement m’aider… » Oh. D'accord. Soit. En cet instant, heureusement que j'avais la tête détournée. Sans quoi, elle aurait pu voir un éclair de peine traverser mes traits. Franchement ... Ca faisait un mal de chien. Elle ne me disait pas "je n'ai plus besoin de toi, merci et au revoir". Mais presque quand même. A aucun moment je n'avais pensé être reçu ... De la sorte. Je n'avais pas pensé à mal du tout. Je voulais juste lui rendre service. Après tout, c'était elle qui m'avait impliqué la première en m'appelant quand elle s'était faite tirer dessus, non ? Et maintenant, elle m'envoyait ça en pleine gueule. « D'accord ... Je suis désolé. Je pensais juste te rendre service. » Soupirai-je doucement en gardant mon regard de dépit, posé sur les sacs. Ouais. J'avais fais fort. Elle allait peut-être croire que, amoureux transit que j'étais, j'avais cherché une excuse pour la revoir. Ce qui n'était pas complètement faux. Mes sentiments me poussaient à m'inquiéter pour elle. Mais ça me semblait tout à fait légitime et normal. « Tu veux boire quelque chose ? » Et maintenant elle se sentait obligée de jouer à jouer l'hôte parfaite; Je me forçai à retrouver le sourire pour poser les yeux sur elle. « Non c'est bon je pars tout de suite. Tu vas bien et tu n'as besoin de rien. C'est tout ce que je voulais savoir. » Et de m'éloigner à pas rapides. Ouais. J'avais un peu honte sur les bords. J'avais l'impression d'être jeté comme un malpropre.

realised by morphine.

_________________

This is a fight to the death, our holy war, a new romance, a trojan whore. This is a fight to the day night, black white, a victory dance, a burning riot. We will we will we will rise again. I am the I am the best. She claimed and more a battle scarred conquistador. This is a fight for our love. Lust hate desire. We are the children of the great empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay J. Livingston

avatar

√ Quartier d'habitation : Co-Op City
√ Date d'inscription : 09/10/2014
✗Dollars : 145
√ Messages : 85

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Mer 11 Fév - 21:52




Vitaly & Lindsay
It was always you...
La venue de Vitaly me surprenait quand même un peu et me déstabilisait. Cela réveillait en moi bien des sentiments… A la fois positifs et négatifs. C’était difficile à expliquer… Une partie de moi aurait préféré qu’il ne vienne pas. Merde, nous avions fait tant d’efforts pour rester éloignés l’un de l’autre et ne pas craquer ! Revenir volontairement vers moi – chez moi ! – était un peu fou, non ? Limite inconscient…. Même si je savais bien que c’était surtout pour prendre de mes nouvelles et s’assurer que tout allait bien pour moi. Et puis, une autre partie de moi était sincèrement ravie de le revoir. Ses yeux, son sourire, sa voix, son odeur…. Tout ça me manquait tellement. Le revoir était aussi plaisant que douloureux. J’avais tellement envie de pouvoir être à ses côtés et le soutenir dans sa nouvelle vie de père. Cela ne devait pas être simple pour lui de se retrouver du jour au lendemain seul, avec une gamine sur les bras. Et il semblait plutôt bien s’en sortir, d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, je ne pu cacher ma surprise en le voyant débarquer ici. Et puis, j’étais aussi un peu gênée de le recevoir dans cette tenue. Et dans ce studio plutôt minable… Mais soit. C’était ainsi. Lorsqu’il déposa des sacs de courses dans la cuisine, je le remerciais et lui précisais qu’il n’était pas obligé de faire cela. J’arrivais à m’en sortir seule et avais aussi quelques amis prêts à venir m’aider. « D'accord ... Je suis désolé. Je pensais juste te rendre service. » Je ne pu retenir un léger soupir. J’entendis bien au son de sa voix qu’il était déçu. Sans doute même blessé. J’y étais peut-être allé un peu fort…

Je fronçais aussitôt les sourcils, posant mon regard sur lui même s’il ne me regardait pas. Je n’avais pas voulu le vexer. Loin de là ! Je lui étais reconnaissante d’avoir fait tout ça. Je ne voulais tout simplement pas qu’il se sente obligé de quoi que ce soit… Il devait déjà avoir suffisamment de choses à faire. Je ne fis aucune remarque là dessus et enchaînais en lui proposant de boire quelque chose. « Non c'est bon je pars tout de suite. Tu vas bien et tu n'as besoin de rien. C'est tout ce que je voulais savoir. » Mon sourire s’effaça totalement tandis que je baissais le regard en hochant doucement la tête. J’avais vraiment du le blesser pour qu’il réagisse ainsi. Et ça me faisait quelque chose… « Je t’ai vexé ? … J’en suis désolée… Je ne voulais pas te blesser. Ca me touche vraiment que tu sois venu me voir et que tu m’aies apporté tout ça. Tu n’étais pas obligé et tu as quand même prit du temps pour moi alors qu’on… enfin, bref… Merci. » déclarais-je finalement d’une voix de plus en plus douce, osant finalement lever le regard vers lui. « Ce que je voulais dire, c’est que je ne veux pas que tu te sentes obligé de venir me voir ou de t’occuper ainsi de moi. Je vais bien et j’arrive à m’en sortir. Et toi, tu as déjà une vie bien chargée, ton boulot, tes livres, Sarah… J’apprécie sincèrement que tu agisses ainsi, mais rien ne t’y obliges, sache-le… » remarquais-je doucement sans le quitter des yeux. J’avais essayé de ne pas mentionner le fait que c’était aussi risqué qu’il vienne, étant donné notre relation passée. Ça, il devait en être conscient. Et puis, en ce qui concernait la douleur – et la joie - de le revoir, j’imaginais que c’était réciproque.





BY .SOULMATES


_________________


~ Love me like you do ~
You're the light, you're the night, You're the color of my blood, You're the cure, you're the pain, You're the only thing I wanna touch...Never knew that it could mean so much, so much...You're the fear, I don't care, 'Cause I've never been so high... ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Vitaly James-O'Neil

avatar

√ Quartier d'habitation : Greenwich Village (Manhattan)
✗Passion première : Ma fille.
√ Date d'inscription : 07/10/2014
✗Dollars : 211
√ Messages : 69

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Dim 15 Fév - 13:32

Lindsay & Vitaly : It was always you.

Je n'avais vraiment pas la moindre arrière pensée quand j'avais décidé de passer voir Lindsay, pour lui apporter quelques trucs. C'était juste pour lui rendre service. Et je m'en pensais le droit, surtout parce qu'elle m'avait appelé quand elle s'était retrouvée dans la merde quand même. Oh je ne faisais pas tout ça pour qu'elle se confonde en remerciements et tout ce qui s'ensuit. C'était vraiment juste pour lui rendre service, parce que ça me faisait plaisir. Malheureusement, elle me fit bien comprendre, très rapidement, qu'elle s'en serait bien passée. En insistant bien sur le fait qu'elle n'avait aucun besoin de moi. Alors pourquoi n'avait-elle pas appelé l'un de ses amis à la rescousse, quand elle s'était faite tirer dessus, au juste ? Peut-être parce qu'elle s'en fichait complètement que moi je prenne des risques en débarquant dans un endroit où venait d'éclater une fusillades. Ouais, tout à coup, c'était ce genre de pensée très désagréable que j'avais en tête. Vraiment très désagréable. J'aurais adoré les chasser. Mais je ne contrôlais pas grand chose. Pour ne pas dire rien. J'étais assez blessé dans mon amour propre. Et n'avais soudainement plus envie de rien d'autre que de m'enfuir et la laisser tranquille. Parce que je me sentais bel et bien de trop. Grande première ça. Je ne compris même pas qu'elle me propose un verre. C'était certainement juste par pure politesse. Pas pour que je reste et que l'on discute tous les deux. Discuter de quoi de toute façon ? De Sarah ? Elle semblait royalement s'en foutre.

« Je t’ai vexé ? … J’en suis désolée… Je ne voulais pas te blesser. Ca me touche vraiment que tu sois venu me voir et que tu m’aies apporté tout ça. Tu n’étais pas obligé et tu as quand même prit du temps pour moi alors qu’on… enfin, bref… Merci. » Je grinçai des dents et croisai les bras sur mon torse en détournant le regard. Je sentais la moutarde qui commençait à me piquer sérieusement au nez. Elle m'agaçait bon sang. Depuis quand est-ce qu'elle pensait pouvoir me dire que faire et quand ? Depuis quand s'imaginait-elle que je me sentais forcée à faire quoi que ce soit pour telle ou telle autre raison ? « Ce que je voulais dire, c’est que je ne veux pas que tu te sentes obligé de venir me voir ou de t’occuper ainsi de moi. Je vais bien et j’arrive à m’en sortir. Et toi, tu as déjà une vie bien chargée, ton boulot, tes livres, Sarah… J’apprécie sincèrement que tu agisses ainsi, mais rien ne t’y obliges, sache-le… » De plus en plus choqué, agacé et même outré par ses paroles, je fini enfin par reposer les yeux sur elle. Et venir m'accouder sur le comptoir de la cuisine pour la regarder fixement, de l'autre côté. « Tu te rends compte au moins, que tout ce que tu dis est complètement insensé ? Sous prétexte que notre relation a merdé, je ne devrais pas m'inquiéter pour toi ? Je ne devrais pas vouloir t'aider quand ça ne va pas ? » Demandai-je d'une voix la plus calme possible. Mais l'agacement pointait bien le bout de son nez. « Et tu penses vraiment que je suis du genre à faire quoi que ce soit parce que je m'y sens obligé ? Je pensais que tu me connaissais mieux que ça. »

realised by morphine.

_________________

This is a fight to the death, our holy war, a new romance, a trojan whore. This is a fight to the day night, black white, a victory dance, a burning riot. We will we will we will rise again. I am the I am the best. She claimed and more a battle scarred conquistador. This is a fight for our love. Lust hate desire. We are the children of the great empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay J. Livingston

avatar

√ Quartier d'habitation : Co-Op City
√ Date d'inscription : 09/10/2014
✗Dollars : 145
√ Messages : 85

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Lun 16 Fév - 17:02




Vitaly & Lindsay
It was always you...
Bon, d’accord, ce n’était peut-être pas flagrant mais j’étais reconnaissante envers Vitaly. Après tout, il n’avait pas hésité une seconde à venir à ma rescousse. Il m’avait même sauvé la vie. Et là, il débarquait pour s’assurer que j’allais bien et ne manquais de rien. C’était vraiment adorable. Cependant, surprise par cela, je n’eus visiblement pas la réaction qu’il attendait. A vrai dire, cela ne me dérangeait pas qu’il soit venu. Et j’étais quand même contente de le voir. Malgré cela, je finis par lui dire qu’il n’aurait pas du se donner tant de mal et que j’arrivais à me débrouiller seule. J’aurais dis cela à n’importe qui d’autre. Ce n’était pas spécialement contre lui et je voulais juste qu’il comprenne qu’il n’était obligé de rien. Sauf que je vis très rapidement qu’il l’avait mal prit. Bordel, Vitaly ! Il ne changerait donc jamais ? C’était une partie de son caractère qui ne me manquait pas vraiment d’ailleurs… Mais soit. Restant tout à fait calme, je tentais de rétablir les choses en m’excusant et en lui expliquant ce que je voulais réellement dire. Ce n’était quand même pas si compliqué ? « Tu te rends compte au moins, que tout ce que tu dis est complètement insensé ? Sous prétexte que notre relation a merdé, je ne devrais pas m'inquiéter pour toi ? Je ne devrais pas vouloir t'aider quand ça ne va pas ? » Je fermais les yeux durant un bref instant. Merde, ça faisait mal, ça ! Le pire, c’était qu’il ne semblait pas comprendre mon point de vue. Et je sentais bien qu’il commençait à s’énerver. Inutile d’insister là dessus…. « Vitaly, je n’ai jamais dis ça…. C’était une façon de parler… J’aurais pu dire ça à n’importe qui, juste pour ne pas qu’on s’inquiète trop pour moi… » déclarais-je toujours calmement, l’observant attentivement pour analyser chacune de ses réactions.

« Et tu penses vraiment que je suis du genre à faire quoi que ce soit parce que je m'y sens obligé ? Je pensais que tu me connaissais mieux que ça. » Si je n’avais pas été face à lui, j’aurais très certainement levé les yeux au ciel sous le coup de l’agacement. Mais je n’en fis rien. Hors de question d’envenimer les choses. « Je voulais juste que les choses soient claires. J’ai pas envie d’être la pauvre nana qui s’est prit une balle et que tout le monde va voir simplement par pitié. Ce n’est pas ton cas, certes, mais ca l’est pour certains. » déclarais-je en soupirant mollement. J’avais reçu des appels, messages voire même visites de la part de personnes avec qui je n’avais aucune affinité. Rien. Mais on s’intéressait beaucoup plus à moi maintenant que j’avais failli y passer. Tout ça par pitié. Et je détestais cela. Et je ne voulais pas que Vitaly agisse aussi ainsi. Bon, étant donné sa réaction, cela semblait vraiment sincère. Raison pour laquelle je mentionnais clairement le fait qu’il ne faisait pas cela par pitié. Même si je doutais réellement que cela puisse calmer le jeu. C’était assez mal parti… Sauf que je n’avais pas envie que l’on s’engueule. Ni maintenant, ni plus tard…


BY .SOULMATES


_________________


~ Love me like you do ~
You're the light, you're the night, You're the color of my blood, You're the cure, you're the pain, You're the only thing I wanna touch...Never knew that it could mean so much, so much...You're the fear, I don't care, 'Cause I've never been so high... ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Vitaly James-O'Neil

avatar

√ Quartier d'habitation : Greenwich Village (Manhattan)
✗Passion première : Ma fille.
√ Date d'inscription : 07/10/2014
✗Dollars : 211
√ Messages : 69

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Dim 22 Fév - 13:45

Lindsay & Vitaly : It was always you.

Je n'avais pas fais tout ça pour Lindsay, pour l'entendre se confondre en remerciements et tout ce qui s'ensuit. C'était pour elle et uniquement pour elle que je faisais tout ça. Pour m'assurer qu'elle allait toujours bien et qu'elle se remettait correctement de ce qu'elle avait vécu. Et pourtant, j'avais la sensation qu'elle voulait me faire fuir. Ou quoi qu'elle veuille faire, elle était en train d'y parvenir. J'avais envie de disparaître de sa vie pour de bon. Franchement, c'était à se demander si elle n'avait pas oublié qu'à la base, c'était bien elle qui avait fait appel à moi quand elle était en galère. Et voilà que maintenant elle voulait me faire fuir. C'était en tout cas bien l'impression qu'elle me donnait ! « Vitaly, je n’ai jamais dis ça…. C’était une façon de parler… J’aurais pu dire ça à n’importe qui, juste pour ne pas qu’on s’inquiète trop pour moi… » Je grinçai un peu des dents en lui lançant un regard vide. C'était soit ça, soit laisser s'exprimer mon agacement grandissant et même une pointe de rancœur. Et si je pouvais éviter de laisser les choses s'envenimer, j'aimais autant le faire. « Très bien. Alors je suppose que tu as tenu ce petit discours à tes amis qui sont venus faire exactement la même chose que je viens moi même de faire ? » Demandai-je en continuant de la fixer fermement du regard, sans détourner les yeux un seul instant. Elle me donnait l'impression que c'était moi le souci. Et non pas ce que je pouvais faire pour elle.

« Je voulais juste que les choses soient claires. J’ai pas envie d’être la pauvre nana qui s’est prit une balle et que tout le monde va voir simplement par pitié. Ce n’est pas ton cas, certes, mais ca l’est pour certains. » J'arquai un sourcil en continuant de l'observer. Si elle savait que ce n'était pas mon cas, pourquoi m'en foutre plein la tronche à moi ? Sérieusement, je ne la suivais plus du tout là. Est-ce que c'était la rupture qui faisait que j'étais tout bonnement incapable de la suivre ? Est-ce qu'on pouvait vraiment ne plus se comprendre du tout ? Bon sang, tout ça était bien trop compliqué pour moi ! « Si tu sais que ce n'est pas mon cas, alors pourquoi est-ce que j'ai quand même droit à une telle tirade ? » Demandai-je cette fois plus sur un ton de lassitude qu'autre chose. A croire qu'on ne se comprenait vraiment plus. Enfin peu importe. J'étais las de tout ça et je n'avais aucune envie de me disputer avec elle. Ce n'était pas comme si nous étions encore un couple et que l'on pouvait donc avoir des scènes de ménage. Nous n'étions plus rien de ce genre. Plus depuis bien longtemps. « Je ferais mieux d'y aller. » Soupirai-je pour conclure.

realised by morphine.

_________________

This is a fight to the death, our holy war, a new romance, a trojan whore. This is a fight to the day night, black white, a victory dance, a burning riot. We will we will we will rise again. I am the I am the best. She claimed and more a battle scarred conquistador. This is a fight for our love. Lust hate desire. We are the children of the great empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay J. Livingston

avatar

√ Quartier d'habitation : Co-Op City
√ Date d'inscription : 09/10/2014
✗Dollars : 145
√ Messages : 85

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Dim 8 Mar - 22:21




Vitaly & Lindsay
It was always you...
Je n’avais sans doute pas réagi comme il le fallait. Ou du moins, pas comme Vitaly l’espérait. En tout cas, cela avait rapidement donné lieu à une discussion plutôt tendue… Et dire qu’à la base, c’était partie d’une bonne intention de sa part. Je m’en voulais d’avoir pu réagir ainsi et avoir provoqué cette situation… Mais ce n’était pas à mal ! Je voulais simplement qu’il sache que j’allais bien et pouvais me débrouiller seule… Bref,  malgré ma blessure, je ne voulais pas passer pour une assistée. Point barre. Et bien évidemment, j’avais beau essayer de lui expliquer cela, il ne voulait pas le comprendre. Têtus comme nous étions, aucun de nous ne reviendrait sur sa position. « Très bien. Alors je suppose que tu as tenu ce petit discours à tes amis qui sont venus faire exactement la même chose que je viens moi même de faire ? » Ca, c’était assez petit. Et je n’aimais pas du tout ce qu’il était en train de faire et d’insinuer… Mais je n’étais pas du genre à laisser tomber. « Oui, Vitaly. Je leur ai dis que c’était gentil mais qu’il n’était pas nécessaire qu’ils prennent sur leur temps pour faire mes courses ou m’aider pour le ménage, et que j’arrivais plutôt bien à me débrouiller seule. » Ce n’était pas si compliqué, non ? Surtout qu’il me connaissait et savait que je n’étais pas du genre à me faire assister. J’aimais faire les choses par moi-même lorsque je le pouvais. Et je savais qu’il aurait sans doute ce genre d’attitude également… Alors pourquoi en faire toute une histoire ? Cela devenait vraiment ridicule. Et agaçant. Je commençais à perdre patience même si je n’avais pas du tout l’intention de me disputer avec lui…

Malgré tout, je tentais de lui expliquer mon raisonnement. Je voulais juste qu’il comprenne que ce n’était pas spécialement contre lui… Sauf qu’il était bien trop borné pour le comprendre. « Si tu sais que ce n'est pas mon cas, alors pourquoi est-ce que j'ai quand même droit à une telle tirade ? » Je soupirais vaguement. Bon sang, jamais il ne lâchait l’affaire ? Surtout que je ne lui avait rien dit de mal… C’était lui qui l’avait mal prit. « Je souhaitais juste que les choses soient claires. Et surtout pas que tu fasses ça en culpabilisant à l’idée que la situation puisse être, en partie, de ta faute. Surtout que j’imagine que tu as d’autres choses à faire… » Je craignais qu’il ne pense que mon accident était de sa faute. Après tout, si nous n’avions pas eu de liaison – ou si nous ne nous étions pas faits prendre – je n’aurais pas du venir vivre ici. Et je n’aurais jamais reçu cette balle. J’espérais donc qu’il ne se sentait pas responsable de ça. « Mais d’accord, j’ai merdé… Je n’aurais pas du te dire les choses comme ça, j’en suis désolée, vraiment… » déclarais-je finalement. Je capitulais. J’avais l’impression que cette discussion ne mènerait nulle part alors autant que cela s’arrête. Et puis, j’en venais réellement à penser que j’avais pu être blessante dans mes propos et qu’il avait peut-être raison. « Je ferais mieux d'y aller. » C’était bizarre mais je n’avais pas totalement envie de le laisser partir. En un sens, cela me soulageait car cette discussion devenait pesante. Et d’un autre côté… c’était Vitaly. Et je n’avais pas envie de le laisser partir. Surtout sans savoir quand je le reverrai. « Comme tu veux… Attends ! » lançais-je soudainement en me dirigeant vers un placard dans lequel je fouillais pour en ressortir un paquet cadeau que je lui tendai.  « Tiens, j’ai acheté ça pour Sarah il y a quelques temps mais avec tout ça, je n’ai pas eu l’occasion de lui donner… Ca fait un moment que je ne l’ai pas vu d’ailleurs… Elle va bien j’espère ? » demandais-je finalement sans réellement en douter. Si il y a avait eu un problème, je supposais qu’il m’aurait prévenu. Mais c’était quand même un peu délicat… Surtout que je ne la voyais pas si souvent que ça. Elle vivait avec Vitaly et, en ce qui me concernait, j’essayais de garder mes distances avec lui. Cela compliquait donc un peu les choses…



BY .SOULMATES


_________________


~ Love me like you do ~
You're the light, you're the night, You're the color of my blood, You're the cure, you're the pain, You're the only thing I wanna touch...Never knew that it could mean so much, so much...You're the fear, I don't care, 'Cause I've never been so high... ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Vitaly James-O'Neil

avatar

√ Quartier d'habitation : Greenwich Village (Manhattan)
✗Passion première : Ma fille.
√ Date d'inscription : 07/10/2014
✗Dollars : 211
√ Messages : 69

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Sam 14 Mar - 22:01

Lindsay & Vitaly : It was always you.

J'étais bien incapable, moi même, d'expliquer comment nous en étions arrivés là. Mais nous semblions bel et bien dans une sacré impasse tous les deux. Ce que je n'aimais pas du tout. Ce n'était pas parce qu'il fallait qu'on s'évite autant que possible et tout ce qui s'ensuit, que nous devions gâcher autant notre relation. Tout ça était vraiment très compliqué quand même. Mais surtout très douloureux. Sans doute autant pour elle que pour moi. Mais sa façon de gérer les choses n'était sans doute pas la meilleure qui soit. Je ne comprenais vraiment pas pourquoi elle repoussait à ce point les gens qui voulaient simplement l'aider. « Oui, Vitaly. Je leur ai dis que c’était gentil mais qu’il n’était pas nécessaire qu’ils prennent sur leur temps pour faire mes courses ou m’aider pour le ménage, et que j’arrivais plutôt bien à me débrouiller seule. » Soit, si elle le disait, je me devais de la croire. Même si tout ça n'était pas des plus agréables. Refuser l'aide des gens ... Ce n'était sans doute qu'une question de fierté. Or, je trouvais que la fierté était vraiment mal placée compte tenu de sa situation actuelle. Elle ne devrait vraiment pas repousser les gens comme elle le faisait là, si bien. « C'est vraiment idiot. Je ne comprends pas pourquoi tu fais ça ... » Soupirai-je en levant les yeux au ciel. Moi même je n'irais pas jusque là. Soit, j'aurais un peu de mal à accepter que les gens perdent leur temps et leur énergie à m'aider. Mais en cas de vrai besoin ...

Bref, j'étais toujours aussi agacé par tout ça. Elle aurait mieux fait de tenir sa langue franchement. « Je souhaitais juste que les choses soient claires. Et surtout pas que tu fasses ça en culpabilisant à l’idée que la situation puisse être, en partie, de ta faute. Surtout que j’imagine que tu as d’autres choses à faire… » C'était vraiment la première fois depuis qu'on se connaissait, que j'avais autant de mal à la suivre. « Quoi ? Tu m'expliques un peu en quoi je devrais me sentir coupable de la situation ? » Lui demandai-je finalement, surpris par une telle idée. Parce que je n'y avais tout simplement pas pensé pour ma part. Je ne voyais pas en quoi je devrais culpabiliser. Du fait qu'elle vivait ici où elle n'était pas en sécurité ? C'était de la faute de ses parents. Pas de la mienne. Ou alors de façon vraiment hyper lointaine. Et encore ! « Mais d’accord, j’ai merdé… Je n’aurais pas du te dire les choses comme ça, j’en suis désolée, vraiment… » A quoi bon continuer ? A part prendre le risque de se disputer tous les deux ... Je me décidai donc à partir. C'était la seule chose à faire. « Comme tu veux… Attends ! » Même si je n'étais pas certain que ce soit une bonne idée de demeurer en arrière, je m'arrêtai pour me tourner à nouveau vers elle et la regarder revenir avec un cadeau que je récupérai. « Tiens, j’ai acheté ça pour Sarah il y a quelques temps mais avec tout ça, je n’ai pas eu l’occasion de lui donner… Ca fait un moment que je ne l’ai pas vu d’ailleurs… Elle va bien j’espère ? » En effet ça faisait un moment. J'avais même été assez agacé par le manque d'intérêt qu'elle avait porté à sa nièce. « Pourquoi tu ne le lui donnerais pas toi même ? Ca te ferais l'occasion de la voir ... »

realised by morphine.

_________________

This is a fight to the death, our holy war, a new romance, a trojan whore. This is a fight to the day night, black white, a victory dance, a burning riot. We will we will we will rise again. I am the I am the best. She claimed and more a battle scarred conquistador. This is a fight for our love. Lust hate desire. We are the children of the great empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lindsay J. Livingston

avatar

√ Quartier d'habitation : Co-Op City
√ Date d'inscription : 09/10/2014
✗Dollars : 145
√ Messages : 85

MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   Jeu 9 Avr - 17:38




Vitaly & Lindsay
It was always you...
En voyant la manière dont les choses tournaient, je regrettais vraiment d’avoir ouvert à Vitaly. Ou d’avoir pu créer cette situation. C’était vraiment douloureux…. Nous avions été si proches. Et désormais, nous n’arrivions même plus à nous comprendre. Ce n’était que maintenant que je réalisais que quelque chose était réellement cassé entre nous. Et ça ne me plaisait pas vraiment. Même si je tenais à garder mes distances, ne souhaitant pas redémarrer ma liaison avec lui, je ne souhaitais pas non plus tout détruire. Et pourtant, c’était bien le chemin que nous prenions. « C'est vraiment idiot. Je ne comprends pas pourquoi tu fais ça ... » Je me pinçais légèrement les lèvres en baissant la tête. Je savais très bien pourquoi je repoussais autant les gens. Et ce n’était pas seulement parce que j’estimais ne pas avoir besoin d’aide. Certes, je n’étais pas dans un fauteuil roulant et pouvais donc m’occuper moi-même de la plupart des tâches quotidiennes. Rien que pour cela, je ne voulais pas spécialement d’aide extérieure. Mais c’était aussi et surtout parce que je n’avais pas l’impression de mériter cela. Ce que j’avais fait à ma sœur était impardonnable… J’avais l’impression d’être un monstre. Et que je ne méritais pas que l’on s’inquiète autant pour moi. Mais je refusais d’expliquer ça à Vitaly… Je n’étais pas sûre que, là encore, il comprenne mon point de vue. Je me taisais donc et laissais couler, espérant qu’il n’allait pas en remettre une couche. Et que les choses n’allaient pas s’envenimer à nouveau.

Puis, je vins à évoquer une possible culpabilité de sa part. C’était un peu tiré par les cheveux mais il aurait pu s’en vouloir… Après tout, s’il avait réussi à prendre sur lui et à éviter notre aventure, rien de tout cela ne serait arrivé. « Quoi ? Tu m'expliques un peu en quoi je devrais me sentir coupable de la situation ? » Je retenais un énième soupir. Etait-ce réellement utile de rentrer dans ce débat là ? J’en doutais. Je n’avais pas la moindre envie que l’on continue à se prendre ainsi la tête. « En rien… Je me cherche des excuses, laisse tomber… » déclarais-je finalement en espérant clore ainsi la discussion. Sinon, nous n’allions pas nous en sortir. Je finis donc par m’excuser et, lorsqu’il annonça qu’il allait partir, j’allais aussitôt récupérer un cadeau que je lui donnais. C’était une bricole que j’avais acheté pour Sarah. Et puisque je n’étais que peu sortie ces derniers temps, je n’avais pas pu lui donner. « Pourquoi tu ne le lui donnerais pas toi même ? Ca te ferais l'occasion de la voir ... » Mon cœur se serra légèrement. Bien sûr, j’aimerais la voir. Cela faisait un sacré moment que je ne l’avais pas vu. La dernière fois datait d’avant que je me fasse blesser. Depuis, je n’avais pas pu y aller. Et même si j’avais pu… C’était un peu délicat et difficile pour moi de débarquer chez Vitaly, même simplement pour y voir ma nièce. « Oui, si ça ne te dérange pas, ce serait avec un grand plaisir… » répondis-je avec un sourire non feint. Puis, supposant bien qu’il devait trouver étrange que je paraisse aussi peu intéressée par Sarah, je me décidais à lui dire davantage ce que je ressentais, m’approchant alors de la fenêtre à travers laquelle je posais un regard vide. « Tu sais, si je venais si peu là voir, c’était surtout parce que j’avais peur que ma venue semble déplacée… Je ne peux pas m’empêcher de penser que si aujourd’hui, elle grandit sans sa mère, c’est en partie de ma faute. Et je m’en veux… terriblement. J’arrive pas à me pardonner ça. J’ai l’impression d’être un monstre… Et si je repousse autant les gens, c’est sans doute parce que je n’ai pas l’impression de mériter autant d’attention et de gentillesse. Ce qu’on a fait… Ce que J’AI fais à ma sœur est horrible… » déclarais-je finalement en observant l’extérieur, constatant que la neige s’était mise à tomber. Fortement.




BY .SOULMATES


_________________


~ Love me like you do ~
You're the light, you're the night, You're the color of my blood, You're the cure, you're the pain, You're the only thing I wanna touch...Never knew that it could mean so much, so much...You're the fear, I don't care, 'Cause I've never been so high... ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: It was always you (pv Lindsay)   

Revenir en haut Aller en bas
 
It was always you (pv Lindsay)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »
» Lindsay Chang (ou Ginny Weasley, si je peux^^)
» P. Paloma Hobbs ► lindsay lohan
» 1- FINALE! Kayden Kross vs Lindsay marie
» (f) lindsay perry ✈ libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Star-Spangled Banner :: NEW YORK :: Brooklyn :: Brooklyn Heights-